· 

Quand Hollywood siège dans nos têtes

Nous avons tous notre salle de projection dans notre tête. Chaque projecteur projette sa propre vision des choses sur les évènements et sur les personnes. Pas facile de vivre ensemble sous les feux croisés des projecteurs des uns et des autres. Comment éteindre le sien !


La projection nécessite :

Un projecteur


C'est notre mental qui est tapie derrière le projecteur. Il écrit le scénario du film que nous projetons. Ce film n'existe pas en réalité, uniquement dans notre tête. Notre scénariste mental très prolixe peut produire :

  • un beau film qui nous fait du bien et nous emmène dans un rêve merveilleux plein d'illusions,
  • un cauchemar qui nous plonge dans un malaise profond,
  • un jugement sur une personne, une situation.

Tous ces scénarios créés par notre mental jettent un voile plus ou moins opaque entre nous et la réalité.

 

Un écran


L'écran c'est l'autre ! C'est sur lui que nous projetons nos peurs, nos espoirs, nos colères, nos indécisions. Et l'autre projette ses attentes et angoisses sur notre écran. Nous communiquons à travers nos projections les uns avec les autres, ce qui ne nous aide pas à nous comprendre.

Quand nous aimons une personne, c'est la plus belle personne au monde. Quand nous détestons cette même personne elle nous paraît moche et horrible. Pourtant c'est la même personne. C'est simplement notre projection sur elle qui diffère.

Pourquoi ces superproductions hollywoodiennes ?


Pour nous dédouaner

Il est plus facile de projeter la faute de notre mal-être sur des situations et des personnes que de nous remettre en cause.

 



Pour ne pas faire face à la réalité

Vivre dans un monde de rêve nous permet de nous évader superficiellement de notre misère personnelle.

 



Pour masquer notre indécision

Si à la croisée des chemins nous hésitons, la projection sur l'autre de notre propre indécision nous permet de repousser toujours plus loin notre choix. Ce n'est pas nous qui ne sommes pas capables de choisir, c'est l'autre qui nous en empêche avec ses tergiversations.

 



Pour cacher nos faiblesses

Ce que nous n'aimons pas chez nous est projeté sur l'autre pour ne pas toucher à notre estime de nous-mêmes. Cette estime est une construction vacillante de notre mental qui peut facilement voler en mille éclats.


Comment Arrêter le projecteur

En étant à l'affut de nos jugements


Dès qu'un jugement fait surface, faisons lui faire volte-face et posons-nous ces questions en toute honnêteté :

  • Ce que je voie dans l'autre n'est-ce pas ce que je juge en moi sans l'admettre ?
  • Est-ce un jugement ou un constat ?
  • Ma vision est-elle claire ou influencée par mes  désirs ?

En devenant acteur de notre vie


  • Devenons responsable de notre vie en faisant face à nos projections et percer ainsi le voile d'illusions qui nous entoure.
  • Prenons le temps de faire des introspections et d'écouter notre voix intérieure.
  • Osons suivre notre intuition.
  • Acceptons-nous comme nous sommes pour faire de nos faiblesses nos forces. Ce sont les mêmes pièces, il faut simplement les tourner du bon côté.

Arrêter le projecteur c'est apprendre à nous passer du mental pour vivre, c'est nous mettre sous nos spots de lumière qui viennent de notre cœur pour nous accueillir sans artifices en toute bienveillance.

STAGE du 7-8 mars

J'ai envie de … mais je n'ai pas confiance en moi.

Construire sa confiance pour réaliser ses projets.

Co-animé avec Elisabeth Berneron,

Thérapeute et Psycho-généalogiste


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Laure (mardi, 25 février 2020 14:49)

    Je serais en Bretagne... Très intéressant de prendre du recul sur "sa façon de penser". Bon stage à vous !!!