Comment vivre la séparation

Dans la grande aventure qu'est la vie humaine nous sommes constamment confrontés aux séparations de façon consciente ou inconsciente. Pourquoi ces séparations ponctuent-elles abondamment notre chemin et quoi mettre en place pour les transformer en tremplin vers plus de paix intérieure. 

comment vivre la séparation

Les séparations pour mieux se connaître

Les grandes séparations de la vie


Notre naissance est la première grande séparation que chacun de nous va vivre. D'un milieu clos, baignant dans un liquide chaud, nourri par le cordon ombilical qui nous relie à notre mère nous devenons un être séparé dans un monde où nous devons respirer et manger par nos propres moyens et où nous découvrons l'expression orale. C'est un premier pas énorme vers l'autonomie et la connaissance du monde. D'autres séparations inévitables et majeures suivront, l'entrée en communauté hors du cocon familial via la crèche ou l'école, l'indépendance vis à vis des parents qui commence à l'adolescence pour se préparer à quitter le foyer familial plus tard, la perte de notre liberté insouciante en devenant parent à notre tour, la séparation avec nos enfants, et  puis finalement, l'âge avançant, la perte de notre autonomie

Toutes ces séparations sont émaillées d'autres séparations : d'un doudou ou tout objet cher à notre cœur, d'un lieu suite à un déménagement, d'un ami, d'un amoureux, …

 

Pourquoi ces séparations ?


Chaque séparation nous pousse à passer à autre chose. Si le bébé reste à l'intérieur du ventre de sa mère il ne pourra pas découvrir le monde et développer toutes ses capacités qu'il porte en lui. Il reste bloqué au même endroit. Il en va de même pour toute séparation. L'enfant surprotégé par ses parents ne pourra pas faire ses propres expériences et aura du mal à prendre ses responsabilités pour sa propre vie. Ce sont ses parents qui ont toujours décidé à sa place. Il n'y a pas eu séparation et l'enfant, même à l'âge adulte, restera un enfant avec ses peurs qu'il n'a pas pu dépasser et ses caprices.

Chaque séparation nous invite à sortir un peu plus notre tête du bain communautaire pour mettre à jour notre unicité et découvrir les merveilles du monde. C'est ce qui se passe au moment de l'adolescence ou les jeunes, prenant de la distance avec le cercle familial, la référence familiale, se fondent le plus possible dans un groupe pour s'explorer, soutenu par leurs semblables qui ont les mêmes doutes et questionnements, afin de laisser éclore leurs différences.

 

Une séparation se fait à deux


Dans les séparations avec un ami, un amoureux, un objet, un lieu, un enfant, un parent, un animal de compagnie un vide se crée. Ce vide peut être rempli de regrets, d'amertume, d'abandon, de haine, de colère, de peur, de tristesse, d'auto-apitoiement, de découragement. Il peut aussi donner place à du soulagement. Mais chaque séparation nous interroge sur notre place dans ce monde. Et cette place il va falloir nous la créer déjà dans notre tête, dans laquelle il y a une cacophonie de voix qui se sont accumulées depuis notre naissance à aujourd'hui et qui étouffent notre propre voix. Si la séparation se fait des deux côtés de façon harmonieuse et constructive elle nous rend disponible, malgré la douleur qui peut être présente, pour passer à l'étape suivante.

Si la séparation se passe mal, d'un côté ou de l'autre, nous sommes prisonniers dans notre tête de voix qui nous accusent, qui accusent, qui jugent, qui culpabilisent, qui se lamentent.

 

Se séparer des voix qui peuplent notre tête


Chaque séparation est l'occasion, même si elle est douloureuse, de mieux nous connaître pour laisser émerger notre unicité. Prenant conscience des voix qui squattent l'intérieur de notre tête. Ne nous cachons plus derrière cette cacophonie incessante pour ne rien changer à notre vie et mettons des noms sur chaque voix, qu'elle soit bienveillante ou non : la mère, le père, un ami, un prof, … C'est un travail de détective. Ne nous laissons pas berner par notre égo qui prétend que c'est notre voix qui parle. Congédions les fermement à chaque fois qu'elles reviennent nous polluer, nous diriger, nous conseiller, nous consoler. C'est un processus de séparation et il n'est pas toujours facile de se séparer d'une voix qui nous a accompagné de longues années. Chaque voix de laquelle nous nous séparons va laisser de la place à l'émergence de notre propre voix. Moins il y aura de voix, plus nous aurons la liberté de rebondir pour nous reconstruire avec notre vécu comme terreau et plus nous devenons responsables de notre vie. Nous ne déléguons plus les décisions aux autres. Bientôt nous ne serons plus dans un hémicycle où ça crie de tous côtés, fatiguant et stressant et nous nous dirigeons vers des lieux de plus en plus intimes ou nous pouvons dialoguer avec nous-mêmes pour trouver la paix intérieure et arriver au bout du chemin à l'unicité avec nous-mêmes.

 

Apprendre à accueillir les séparations passées et présentes de façon consciente pour les guérir et les mener à bien et pour nous approcher toujours plus près de nous-mêmes c'est le processus de toute une vie.

 

Méditations actives et ateliers créatifs pour vous accompagner vers plus de paix intérieure.

Appelez-moi au 06 25 41 10 79.

Écrire commentaire

Commentaires: 0