Oser faire

A un moment de notre vie, quand nous constatons que nous ne sommes pas heureux, nous nous rendons compte qu'il faudrait changer. Souvent nous nous arrêtons à ce constat, mais nous ne faisons rien pour remédier à la situation et prendre les choses en main.

Pourquoi cette inertie et comment oser faire ?

 

La peur de souffrir encore plus,

de se  laisser submerger par nos émotions  refoulées


Votre mal-être vient justement de ces émotions refoulées depuis si longtemps. Il est évident qu'il ne faut pas ouvrir le couvercle de la cocotte-minute d'un coup, ça risquerait de nous exploser au visage. Mais vous pouvez apprendre à vous faire confiance par des petits pas, en sortant à chaque fois un peu plus de votre zone de confort et oser faire des actions ou formuler des demandes inhabituelles et nouvelles pour vous. Bien sur que vous allez avoir peur, mais les récompenses d'avoir su accomplir cette action ou formulez votre demande sont énormes. 

 

Comment oser faire ?

Se détacher du résultat


Ne vous focalisez pas sur le résultat. Bien évidemment que nous souhaitons réussir et de préférence du premier coup. Mais si vous vous focalisez sur le résultat, vous vous fermez pleins de portes, car vous ne serez pas attentifs aux opportunités que la vie vous offre. Il est vrai que la vie prend souvent des chemins étonnants, mais si vous regardez en arrière, vous voyez que tout s'enchaine.


Ne pas penser à la place  de l'autre


Quand vous avez une demande à formuler, quelque chose d'inhabituel à faire, ne pensez pas et ne réagissez pas à la place de l'autre. Vous n'êtes pas dans sa tête et par conséquence vous ne savez pas comment il va réagir. Vous allez avoir de sacrés bonnes surprises en osant demander et en osant faire.


Osez communiquer


Je retourne cet argument dans l'autre sens. L'autre ne sait pas ce que vous pensez, ce que vous ressentez. Il n'est pas devin, comme vous d'ailleurs.

Les phrases :

  • il aurait du le sentir, 
  • il pouvait s'en douter,

sont à bannir. C'est en disant à l'autre ce que vous ressentez, qu'il pourra réagir en connaissance de cause. Ne l'accusez pas, mais dites lui plutôt : quand tu m'as dit cela, je me suis sentie comme ça. Restez factuel en partageant votre ressenti, sans interpréter les paroles et les actes de l'autre. 


Laisser la liberté à l'autre de dire NON, de ne pas aimer


Ce n'est pas parce que vous recevez un refus ou que l'autre n'aime pas, que nous êtes nuls et que l'on ne vous aime pas. Si vous êtes parent vous savez bien que parfois if faut dire non à son enfant. Ce n'est pas pour cela que vous ne l'aimez pas et qu'il ne vous aime plus. C'est la même chose pour vous. Sur le moment ça peut vous contrarier, mais vous allez trouver d'autres moyens pour y arriver ou peut-être découvrir que ce n'était pas le bon chemin.


Faire toujours de votre mieux, mais pas plus !


Ayez le courage de faire de votre mieux. N'ayez pas peur de vous lancer et de ne pas être parfait, voir même de rater, sinon vous ne ferez jamais rien. La prochaine fois vous ferez mieux. Et souvenez-vous : l'ennemi du bien et le mieux. 


Venez découvrir les ateliers créatifs pour vous aider à exprimer vos émotions à votre rythme.

Écrire commentaire

Commentaires: 0